Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 21 mars 2015

" Il faut que le désir soit irrité par des obstacles. L'homme qui n'a rien à désirer est à coup sûr plus malheureux que celui qui souffre. " Le Baron D'Olbach

     Un jour, une ouverture apparut dans un cocon.

 

image.jpg

 

 

Un  homme s'assit et regarda le papillon naissant se battre pendant des heures pour crever son abri et forcer le petit trou à s'agrandir. Mais bientôt il sembla à l'homme que l'insecte ne progressait plus.

Il était allé aussi loin qu'il avait pu, mais il ne  bougeait plus. 

image.jpg


     Alors l'homme prit une paire de ciseaux et découpa délicatement le cocon pour aider le papillon à sortir. 

 

 Celui-ci émergea facilement. Mais il avait un corps chétif et ses ailes froissées étaient atrophiées. 

image.jpg


     " Pas grave, il va se développer " se dit l'homme. Et il continua à regarder le papillon en espérant qu'il déploie ses ailes pour voler. Mais cela n'arriva jamais.

Le papillon passa le reste de sa vie à ramper sur son petit corps, incapable 
 d'utiliser ses ailes rabougries.

     Ce que l'homme, dans sa bonté précipitée, n'avait pas  compris, c'est que le cocon trop serré est une ruse de la Nature pour forcer le papillon à le percer et à 
 entraîner ses ailes....A cette condition seulement, il peut voler. 

Trouvé sur club positif 

jeudi, 01 janvier 2015

« Les portes de l'avenir sont ouvertes à ceux qui savent les pousser. »

"Je me sens toujours heureux, savez vous pourquoi?

Parce que je n'attends rien de personne.

Les attentes font toujours mal, la vie est courte.

Aimez votre vie, soyez heureux, gardez le sourire et souvenez vous:

~Avant de parler, écoutez.

~Avant d'écrire, réfléchissez.

~Avant de prier, pardonnez.

~Avant de blesser, considérez l'autre.

~Avant de détester, aimez

Et avant de mourir, vivez ."          W. Shakespeare

 

image.jpg

 

 

 

lundi, 08 décembre 2014

L'heure du conte.

Lorsque l'Enfant Jésus naquit, ce fut dans le monde, une grande effervescence. Toutes les choses animées en eurent une joie immense. Chaque jour, des gens venaient de partout pour voir le petit enfant, et lui apporter d'humbles présents.

A proximité de l'étable où il était né, se trouvaient trois arbres : un palmier, un olivier et un sapin. En voyant passer tous ces gens sous leurs branches, l'envie leur prit de donner, eux aussi, quelque chose à l'Enfant Jésus. 
- Je vais prendre ma plus grande palme, dit le palmier, et je la mettrai près de la crèche, pour éventer doucement le Petit Enfant.
- Moi, je presserai mes olives pour oindre ses petits pieds, dit l'olivier.
- Mais moi, que puis-je donner à l'Enfant ? demanda le sapin. 
- Toi ? dirent les deux autres. Mais tu n'as rien à offrir. Tes aiguilles pointues piqueraient le Bébé, et tes larmes sont résineuses, elles sentent et collent bien trop fort. 
Le pauvre sapin se sentit très malheureux, et il dit avec tristesse : 
- Vous avez raison. Je n'ai rien d'assez bon pour être offert au Petit Enfant. 

Un ange qui se tenait là tout près, immobile, entendit ce qui se passait. Il eut pitié du sapin, tellement humble et dépourvu d'envie, et il résolut de l'aider. Dans le ciel, l'une après l'autre, les étoiles s'allumaient et commençaient à briller sous la voûte. L'ange alla demander à quelques-unes d'entre elles de descendre et de se poser sur les branches du sapin. Elles le firent volontiers et l'arbre se trouva tout illuminé. 

De l'endroit où il était couché, le Petit Jésus pouvait voir l'arbre et ses yeux se mirent à briller devant les belles lumières. Le sapin s'en trouva tout réjoui. Bien longtemps plus tard, les gens, qui ne connaissaient pas cette histoire, prirent l'habitude de faire briller dans chaque maison, la veille de Noël, un sapin tout garni de bougies allumées, tout pareil à celui qui avait brillé devant la crèche. 

Et c'est ainsi que le sapin fut récompensé de son humilité. Il n'existe certainement aucun autre arbre qui éclaire autant de visages heureux !  

Conte populaire allemand.

image.jpg



mardi, 25 novembre 2014

Leçon de vie

J'en ai marre :"quel temps ! Et ce train qui n'arrive pas et ces embouteillages et le serveur qui est lent  et le patron qui... et les prix....et  bla bla bla ..

 

mercredi, 10 septembre 2014

"Nous recevons tous au berceau les croyances de notre tribu en tatouage; la marque peut sembler superficielle, elle est indélébile. " Wendell Holmes

|
Un homme trouva un oeuf d’aigle et le plaça dans un poulailler.

image.jpg


L’aiglon vint au monde avec une couvée de poussins et poursuivit sa croissance avec eux.

image.jpg



Se prenant pour un poulet, l’aigle ne cessa d’imiter le comportement des gallinacés qui l’entouraient. Il grattait la terre afin d’y trouver des vers et des insectes.
Il gloussait et caquetait. Il battait des ailes, ne s’élevant qu’à quelques centimètres du sol.

image.jpg


Les années passèrent et l’aigle devint très vieux.
Un jour il aperçut, volant dans le ciel sans nuages, un magnifique oiseau.

Avec une grâce majestueuse, ce dernier se laissait porter par les courants, agitant à peine ses puissantes ailes dorées.

image.jpg


Le vieil aigle le regardait, émerveillé.

- Quel est cet oiseau ? demanda-t-il.

- C’est l’aigle, le roi des oiseaux, lui répondit un de ses compagnons. Il appartient au ciel. Nous, nous appartenons à la terre – nous sommes des poulets.

C’est ainsi que l’aigle, dans la certitude qu’il avait d’appartenir à la basse-cour, vécut et mourut en poulet.

jeudi, 12 juin 2014

Chance, malchance, qui peut le dire .

Il y avait, dans un village, un homme très pauvre qui avait un très beau cheval. Le cheval était si beau que les seigneurs du château voulaient le lui acheter, mais il refusait toujours.

"Pour moi ce cheval n'est pas un animal, c'est un ami. Comment
voulez-vous vendre un ami ?" demandait-il.


image.jpg




Un matin, il se rend à l'étable et le cheval n'est plus là.

Tous les villageois lui disent : "On te l'avait bien dit ! Tu aurais mieux de le vendre. Maintenant, on te l'a volé... quelle malchance !"

Le vieil homme répond "Chance, malchance, qui peut le dire ?"

Tout le monde se moque de lui. Mais 15 jours plus tard, le cheval revient, avec tout une horde de chevaux sauvages. Il s'était échappé, avait séduit une belle jument et rentrait avec le reste de la horde.

image.jpg



"Quelle chance !" disent les villageois.

Le vieil homme et son fils se mettent au dressage des chevaux sauvages. Mais une semaine plus tard, son fils se casse une jambe à l'entraînement.

image.jpg



"Quelle malchance !" disent ses amis. "Comment vas-tu faire, toi qui est déjà si pauvre, si ton fils, ton seul support, ne peut plus t'aider !"

Le vieil homme répond "Chance, malchance, qui peut le dire ?"

Quelques temps plus tard, l'armée du seigneur du pays arrive dans le village, et enrôle de force tous les jeunes gens disponibles.

image.jpg



Tous... sauf le fils du vieil homme, qui a sa jambe cassée.

"Quelle chance tu as, tous nos enfants sont partis à la guerre, et toi tu es le seul à garder avec toi ton fils. Les nôtres vont peut-être se faire tuer..."

Le vieil homme répond "Chance, malchance, qui peut le dire ?"

Le futur nous est livré par fragments. Nous ne savons jamais ce qu'il nous réserve. Mais une attitude
positive permanente nous ouvre les portes de la chance, de la créativité, et nous rend plus heureux.

Trouvé sur http://wwww.cpositif.com/

jeudi, 29 mai 2014

" C'est notre esprit et lui seul, qui nous enchaîne ou nous libère." Diglo Khyentsé RinpotchéQ

Soucis, frustrations, anxiétés et contrariétés .

Tels sont les sacs que nous transportons .

image.jpg



Il faut alléger la "bête " et se délester du passé

En voici un exemple
Tanzan et Ekido deux moines zen , marchaient sur une route de campagne extrêmement boueuse après des pluies torrentielles.

image.jpg



Près d'un village, ils croisèrent une jeune femme qui tentait de traverser la route. La boue était si profonde qu'elle aurait abimé le kimono de soie qu'elle portait. Tanzan la prit sur ses épaules d'un coup et la transporta de l'autre coté de la route.

image.jpg



Puis les moines reprirent leur route en silence. Cinq heures plus tard, alors qu'ils approchaient du temple où ils allaient loger, Ekido ne put se contenir plus longtemps.

image.jpg


"Pourquoi as-tu porté cette femme ?" demanda-t-il. "Nous sommes des moines. Nous ne sommes pas censés faire des choses pareilles."

"Je me suis délésté de la femme en question il y a des heures lui repondit Tanzan, mais toi tu la portes encore, il me semble."

image.jpg



Extrait du livre Nouvelle Terre de Eckhart Tolle

jeudi, 08 mai 2014

Zentangle

A l'heure où les adultes se mettent au coloriage ( entendu cela ce matin à la radio) connaissez vous le zentangle?

Quand vous êtes en réunion, ou lorsque vous téléphonez , vous arrive t-il de faire des croix, des courbes, des cubes qui s'emboîtent à l'infini, bref des dessins répétitifs ? Et bien vous zentangliez sans le savoir .

Le zentangle , c'est être zen grâce aux gribouillis

Voici quelques exemples de motifs....

image.jpg



...Qui vous permettent de faire cela

image.jpg



Vous voulez essayer il vous faut du papier et des feutres .
Mes feutres ( des microns) préférés sont les Faber-Castel 02 et 03 voire le 05 pour un trait plus gros
Le papier du carnet doit être de bonne qualité , l'encre du crayon ne doit pas baver , elle doit pouvoir glisser facilement sur la page.
Exercez vous sur des ramettes de papier pour photocopies puis lancez vous directement .(Surtout , ni crayon à papier , ni gomme .)

image.jpg



Certains utilisent les fameux petits carnets en moleskine qu'ils emmènent partout .Ils sont parfaits .

image.jpg



D'autres, les tennis de leurs enfants

image.jpg



.....les tasses de la cuisine

image.jpg



.....des galets

image.jpg



Vous l'aurez compris , cette pratique est addictive . Dans le métro, dans la salle d'attente de Dr Folamour, jamais sans mon carnet!

Pratiquer le Zentangle ouvre donc les portes d’un monde calme et serein. A vos crayons

image.jpg


jeudi, 10 avril 2014

Sagesse Amérindienne.

Un vieil indien dit à son petit-fils que chacun de nous a en lui deux loups qui se livrent bataille.

image.jpg



Le premier loup représente la sérénité, l'amour et la gentillesse.

image.jpg



Le deuxième loup représente la peur, l'avidité et la haine.

image.jpg



"Lequel des deux loups gagne?" demande l'enfant.

image.jpg



"Celui que l'on nourrit "répond le grand-père.